“…je ne serais pas là si je n’avais pas rencontré certaines personnes et fait de grands efforts .”

Je ne serais pas arrivée là si…

ANGELYCEE a rencontré en avril  2020 Ilhan., un lycéen,  qui témoigne de sa passion de dessinateur de bandes dessinées. Il évoque aussi ses problèmes de peur dont il s’en sort grâce grâce à l’aide d’adultes et à sa grande capacité de résilience. 

ANGELYCEE : Dirais-tu que ta passion de dessiner est présente dans ta vie depuis longtemps ?

Ilhan. : J’ai toujours voulu être dessinateur de bandes dessinées depuis tout petit. C’est arrivé le jour où je regardais Bob l’éponge et ça c’est renforcé quand les mangas sont arrivés à la télé et en livre. Je veux devenir dessinateur de manga (ou bandes-dessinées même si je me spécialise dans l’apparence manga) et ça depuis tout petit depuis que les mangas sont arrivés à la télé. J’aime dessiner pour moi et pour les autres. Ce que je préfère c’est quand les personnes ressentent des émotions lorsqu’ils regardent mes dessins.

ANGELYCEE : L’autre est important pour toi. Peut-tu nous parler de ton rapport aux autres ?  

Ilhan : J’ai rencontré beaucoup de choses dans ma vie et des défaites. Je suis timide et j’essaie peu à peu de reprendre confiance en moi. Car oui depuis petit je n’avais pas beaucoup confiance en moi (et mes professeurs me le disaient souvent).Parfois c’était pas facile de vivre et l’envie n’était plus là. Mais je ne serais pas là si je n’avais pas rencontré certaines personnes.

ANGELYCEE : As-tu un souvenir précis ?  un moment déterminant de cette peine qui est en toi ?

Un jour tout à basculé. C’est ainsi que pendant 3 ans, j’ai vécu dans la peur. Je voulais pas le dire aux gens et à mes parents car je pensais qu’en prenant sur moi cela passerait. Mais nan, cette peur est toujours là jusqu’à aujourd’hui (même si elle est moins présente). On a cherché tellement de solutions mais aucune n’était bonne. Parfois la souffrance mentale est tellement forte qu’on la ressent dans tout le corps. Moi j’en avais assez de me lever en ayant mal, de passer toute la journée à avoir mal et de dormir le soir en cauchemardant (et ça tous les jours).

ANGELYCEE : A qui as-tu finalement parlé de ce problème ? 

Ilhan :  un jour, une solution est arrivée devant moi. Alors que je n’en pouvais plus de vivre, j’en ai parlé à mon médecin traitant ( très longtemps après le début, car je ne voulais pas le dire aux autres pour ne pas qu’ils soient comme moi) qui m’a proposé d’aller à la Caspa. C’est un endroit où je peux parler et extérioriser tout ce que je ressens. Ainsi, je n’avais plus cette peur omniprésente de ce trauma mais elle est encore là aujourd’hui (même si je vais mieux). Et je tiens à remercier les personnes qui m’ont écoutées  et aussi ma Conseillère Principale d’Education qui m’aide aussi  et tous ceux qui ont cru en moi jusqu’à présent.

ANGELYCEE : Tu es confronté à ce confinement suite aux mesures prises contre la pandémie du Covid19. Comment vis-tu cette situation ? 

Ilhan Je la vis bien. Bon il est vrai que de ne pas pouvoir sortir est ennuyeux mais maintenant je peux pleinement rattraper tous ce que je voulais faire (dessiner, faire les devoirs et jouer à la ps4😂). Après je pense que c’est très LONG mais c’est pour notre bien (même si ça m’énerve car j’ai pas de jardin et je refais tout le temps la même chose chaque jour).

 

Ilhan nous a parlé de lui  et nous a montré qui il est réellement. Tout ce qu’il a enduré l’a freiné. C’est pour cela que parfois il n’arrive pas à parler aux autres. Pourtant, il a appris aujourd’hui à vivre avec ces marques pour espérer un bien-être qu’il construit chaque jour.