En plein dans l’mile

Alors que nous sommes en plein dans la période où nous les terminales, nous devons nous décider sur notre orientation, des questions surviennent. Ne s’oriente-t-on pas trop jeune ?

Il est claire que à 17-18ans nous ne nous projetons pas forcément très loin dans l’avenir. De plus, c’est à nous de nous déplacer pour découvrir (même si c’est un grand mot) ce qui pourrait nous plaire. Mais généralement, nous savons quand même dans quel domaine nous voulons nous orienter, car entre les études scientifiques, économiques, littéraires, il y a quand même pour ma part une grande différence. Mais il est sûrement vrai que nous ne connaissons pas toutes les écoles possibles et ne savons pas en quoi elles consistent. D’ailleurs, beaucoup d’élèves ne réussissent pas leur première année même si se n’est pas la première raison de l’échec.

6 thoughts on “En plein dans l’mile

  1. Je pense aussi qu’à notre âge, nous sommes trop jeunes pour savoir vraiment ce que nous voulons faire plus tard, nous ne sommes pas assez préparés pour faire des choix aussi importants..et le fait de devoir chercher nos études est très décourageant lorsque nous ne trouvons pas ce que l’on cherche, il nous faudrait plus de temps pour savoir ce que l’on veut, même si cela n’est pas possible actuellement.

  2. Je trouve qu’en effet choisir dès maintenant son orientation est assez difficile. De plus il faut bien choisir l’ordre de ses vœux sur post-bac ou la bonne orientation et ceci peut être parfois stressant pour des jeunes de notre âge qui ne savent pas trop vers quelles études se diriger.

  3. Il est vrai que s’orienter dès notre âge semble très tôt. Mais des progrès ont été faits car il y a quelques années, les secondes n’étaient pas générales mais déjà en fonction des sections S, L, ES etc. Il fallait donc choisir dès la 3ème.

  4. De plus ce n’est pas en choisissant des études que l’on choisit un métier. Et ce n’est pas en choisissant un potentiel métier que l’on prend conscience de ce qui nous sera véritablement demandé.

  5. Je trouve aussi qu’on manque d’informations sur les orientations et les débouchés que celles-ci peuvent avoir. En effet, pour les orientations les plus courantes comme la Fac ou les écoles de commerce, on peut avoir des renseignements assez facilement grâce à Internet, au C.I.O ou des connaissances. Mais dès que l’on s’éloigne de ces “filières traditionnelles” qui nous sont proposées après le Bac ES, les renseignements se font de plus en plus rares. Internet a beau être rapide et riche en informations, les renseignements que l’on recherche ne s’y trouvent pas toujours. Je prends le cas de mon orientation (BTS au lycée hôtelier de La Rochelle): le C.I.O n’a pas ou peu d’informations sur cette filière-là, le site Internet du lycée ne communique pas énormément d’informations, et je ne connais personne qui a fait ce BTS.. J’ai l’impression qu’on nous lâche après le bac. L’avenir a trop d’importance pour permettre de se tromper. Par conséquent, Je trouve ça assez stressant de devoir choisir un projet d’études sans avoir eu les informations nécessaires à celui-ci. L’élève peut donc se voir obligé de se déplacer dans l’école où il souhaite aller, simplement pour des informations qui pourraient être divulguées par Internet ou documentations. Sachant qu’une seule journée “portes ouvertes” est prévue (pour mon école) et que je ne pourrai m’y rendre, cela ne m’aide pas beaucoup.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *