Réduire le déficit public, c’est possible mais Bruxelles n’y croit pas

D’après le journal Le Monde, la France ne parviendra pas à réduire le déficit public à 3% en 2017 malgré les promesses faites au printemps. Pour la troisième fois de suite, Paris s’est vu accorder un délai pour respecter le fameux pacte de stabilité et de croissance, qui impose, théoriquement, que le déficit public soit inférieur ou au pire égal à 3 % du produit intérieur brut du pays.

Aussi, selon le site d’information Rue 89 la solution la plus simple, la plus rapide mais surtout la moins incertaine, serait d’augmenter le taux de TVA de 2%, ou 10% du taux normal actuel. Elle représentera, en 2015, 187 milliards soit 8,7% du PIB en 2015, en valeur. L’État pourrait donc récupérer entre 15 et 20 milliards d’euros très rapidement, compte tenu des modulations qui ne manqueraient pas d’être apportées.

Seulement d’après ses nouvelles prévisions, publiées jeudi 5 novembre, le déficit public français devrait encore atteindre 3,3 % du produit intérieur brut en 2017, après 3,8 % cette année et 3,4 % l’an prochain.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *