Mobilisation express pour sauver une entreprise de Vendée

marchegay

D’après le journal le parisien , la Vendée a connu un acte solidaire incroyable dans sa région.

En effet, le 29 octobre le tribunal de commerce de la Roche-sur-Yon devait examiner le dossier de reprise de Marchegay Technologies, par son dirigeant , jusqu’à présent actionnaire minoritaire et prévoyait le maintien  de 75 personnes sur 105. Cette entreprise qui fabrique des serres et des verrières était menacée de liquidation.

Deux jours avant l’audience , le directeur de l’entreprise a donc tenté de faire une dernière action pour sauver son entreprise , il lui faillait 400 000 euros , il a donc envoyé un mail a plusieurs associations d’entreprises a 11h34 , a 21h30 la somme était réunie.

L’information a très vite fait le tour des réseaux locaux, il y a donc eu 32 entreprises qui ont mis la main à la poche pour aider une entreprise régionale, chacun a donné ce qu’il pouvait allant de 1000 à 150 000 euros. Cette avance , remboursable sous trois mois, a permis à l’entreprise de garder les 75 postes. Le jour de l’audience le directeur avais quelques lettres de soutien, ce qui a permis au projet d’être accepté par le tribunal.

Pour 2016, l’entreprise ne manquera pas de commandes, notamment grâce a Free et Bouygues Construction.

3 thoughts on “Mobilisation express pour sauver une entreprise de Vendée

  1. Grâce aux réseaux sociaux le directeur de l’entreprise a pu obtenir l’aide financière de partenaires et chefs d’entreprises locaux. Ceci est je pense lié à ce que la vendée est un département où existent de multiples petites entreprises qui ont été affectées par le risque de disparition de nombreux emploi. L’aide inter-entreprise est peut être donc la solution pour éviter des liquidations judiciaires et des pertes d’emplois.

  2. Ne crois tu pas qu’une entreprise au bord de la faillite qui est sauvée de peu ne risque pas de rechuter ou bien d’avoir des comptes a rendre sur le long terme aux associations qui lui sont venu en aide sous formes de don ou de service ?

  3. Un tel élan de solidarité montre à quel point, dans le contexte économique difficile d’aujourd’hui, les entreprises s’entraident afin d’éviter des licenciements. Mais ne serait-ce pas par intérêt personnel pour leur propre établissement ? En effet, toutes les personnes licenciées verront leur pourvoir d’achat diminuer et consommeront donc que le strict nécessaire. Cela aura donc un impact économique sur les entreprises des alentours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *