«

»

Sep 08

L’abeille noire de Chizé : les apiculteurs font un pas de plus pour sa préservation

Dans sa volonté de soutenir la biodiversité et de promouvoir l’abeille noire apis mellifera mellifera, le CNRS de Chizé a lancé pour la première fois un élevage de reines, dans l’objectif de les offrir aux apiculteurs qui souhaiteraient s’investir dans la préservation de cette sous-espèce, et ainsi la diffuser plus largement sur la Zone Atelier Plaine et Val de Sèvre (zone d’étude du CNRS de Chizé, au sud de Niort). En effet, l’abeille noire est la sous-espèce d’abeille historiquement présente en France, ainsi que sur une large partie du continent européen, s’étendant de l’ouest du Portugal jusqu’à la Russie, en contournant le nord de l’Italie. Cette présence depuis plusieurs millions d’années lui a conféré des caractères adaptatifs propres à son environnement local. On distingue donc aujourd’hui différents types d’abeilles noires, adaptées morphologiquement et physiologiquement au climat de leur région et à la phénologie florale locale. Mais depuis 50 ans, ces millions d’années d’évolution sont menacés par les importations d’autres sous-espèces d’abeilles, jugées plus douces ou plus productives que l’abeille noire, mais inadaptées aux conditions environnementales de nos régions. En résultent des croisements génétiques qui tendent petit à petit, au fil des importations, à faire disparaitre l’abeille noire du territoire français. Certaines régions de France en sont déjà à des taux d’hybridation supérieurs à 70%, et la tendance globale n’est pas à l’amélioration. Alors pourquoi ne pas proposer aux apiculteurs des reines d’abeilles noires ? C’est une idée qui a émergé d’un groupe d’apiculteurs amateurs et professionnels de la Zone Atelier, impliqués dans le programme européen BeeHope*. C’est donc sur leurs conseils et avec leur aide que Mathieu Corbin, du CNRS de Chizé, s’est lancé dans l’aventure…