Nathalie Kosciusko Morizet, « Nous avons changé de monde » – doit-on changer de modèle économique ?

Gouillard Nathan. Dussaigne Matthieu. – 24.11.2016

Selon l’ex candidate à la Primaire de la droite et du centre 2016, qui s’est vu attribuée la quatrième place pour le premier tour par les 4 millions de Français venus voter ce dimanche 20 novembre, la réponse est oui.

Connue pour son attachement au fait que notre monde ait changé, pour « une droite ouverte et moderne », Nathalie Kosciusko-Morizet aime marquer ses différents clivages avec ses concurrents de la primaire de droite « comme pour mieux les ringardiser » interprète L’Opinion.

En effet, celle qui veut « construire ensemble une nouvelle France » offre une vision de la droite divergente des autres candidats des Républicains de par sa simplicité et sa proximité représentée par son programme de seulement 14 pages de 12 propositions (contre 1200 pages pour Bruno le Maire ndlr.), mais aussi par les thèmes inédits qu’elle présente : pas de débat sur l’identité mais un tournant vers le numérique et l’ubérisation, la « nouvelle économie », l’auto-entreprenariat etc. Si bien que le baromètre de Gaspard Koering place NKM en candidate la plus libérale de la primaire.

« La première place d’NKM s’explique par la combinaison de propositions assez drastiques sur le plan économique, assez ouvertes sur le plan sociétal et innovantes sur le monde de demain. » déclare-t-il sur Le Figaro.fr

Nathalie Kosciusko-Morizet s’attache à marquer sa singularité en économie : «  Je pense qu’il ne faut pas réparer le système mais le changer, c’est ce qui fait la grande différence avec mes concurrents. »

La « flat tax » et la retraire à points, les deux mesures phares

Parmi les « mesures particulières » du programme économique de NKM, figure la « flat tax » qui signifie simplement un impôt à taux unique en opposition avec le système d’impôt progressif, comme c’est le cas dans notre société d’aujourd’hui. C’est-à-dire que chaque ménage aurait un taux de prélèvement de l’impôt sur le revenu de 20% dès le 1er euro, remplaçant les « paliers » qui définissent le taux d’impôt aujourd’hui, et qui selon elle, créent « beaucoup de frustration dans la société. Chacun pense qu’il paie plus qu’il ne reçoit. »

En 2015, environ 46% des ménages français ont payé l’impôt sur le revenu : « Moins de la moitié des Français (…), je pense que c’est un problème. »

La « flat tax » serait assortie d’un revenu universel (de base) de 470 euros pour tous, ce qui reviendrait au RSA de 2012. Cette réforme qu’elle qualifie de « réforme sociale » engendrerait 300 milliards de dépenses publiques (selon un journaliste de France Inter) que NKM souhaite rembourser par une augmentation de la CSG (Contribution Sociale Généralisée).

« Si vous additionnez tout ça, ça ne change pas fondamentalement les situations des uns et des autres, mais en revanche ça fait un système beaucoup plus lisible. »

« Le système serait beaucoup plus simple et beaucoup plus individualisé. Aujourd’hui on a un dispositif fiscal complexe et dans les interstices de cette complexité se nichent des petits malins qui échappent à l’impôt. »

Elle propose également un « sacré coup de ménage sur les niches fiscales ».

De plus, pour garder une logique de progressivité, elle refuse la suppression de l’ISF (Impôt de Solidarité sur la Fortune) mais propose une transformation de cet impôt en obligation d’investissement dans les entreprises.

Deuxième point phare de son programme économique : le régime des retraites à points et plus par anuités. En somme, ce processus nouveau implique l’achat de points lors de la cotisation des salariés : arrivés à la retraire, leur pension est égale au nombre de points multiplié par la valeur de ce point. Selon elle, ce procédé est d’autant plus juste, car la valeur du point est la même pour tout le monde, mais aussi libre et transparent : « vous savez combien de points vous avez et donc vous pouvez faire vos arbitrages » déclare-t-elle sur l’antenne de BFM Business.

« Big bang » sur le statut de fonctionnaire

En effet NKM veut réformer de manière drastique la fonction publique, car selon la députée de l’Essonne, il faut sortir du statut pour l’essentiel des fonctionnaires pour stopper sa dérive ignorée par « droite et gauche réunis ». Elle évoque, à titre de preuve, des missions et fonctions qui n’ont pas de sens et dont elle a été témoin durant sa période au ministère, «comme des informaticiens qui débuggent des ordinateurs de réseaux informatiques non sécurisés ».

Réformes économiques et sociales

Hormis ces réformes phares de son programme économique, Nathalie Kosciusko-Morizet axe ses propositions en matière de travail sur des thèmes novateurs :

« Le monde économique est en pleine mutation, il se numérise, il s’ubérise, il se robotise » explique le Figaro économie

Ainsi, veut-elle créer un statut général du travailleur indépendant, en insistant sur le fait que plus tard, « ce seront les cols blancs qui souffriront », mettre en place une baisse de 100 milliards des charges et d’impôts sur les entreprises.

Mais aussi, à l’instar de ses concurrents, NKM propose une réduction de la dette publique de 100 milliards – de par une augmentation de l’âge légal de départ à la retraite à 65 ans, le système de retraite à points. Elle envisage également « 20 milliards d’économies sur la santé, 10 milliards sur les collectivités, et 10 milliards sur les allocations chômage » détaille le Figaro économie.

Enfin, en matière de « politique familiale », elle prévoit une allocation de ressources dès le premier enfant (jusqu’à sa majorité).

http://www.lopinion.fr/edition/politique/propositions-nathalie-kosciusko-morizet-ringardiser-autres-candidats-a-111605

https://www.nk-m2017.fr/nouvelle_societe_nouvelle_france

https://www.youtube.com/watch?v=NDrZlhhlsRM

http://www.lefigaro.fr/economie/le-scan-eco/decryptage/2016/10/06/29002-20161006ARTFIG00183-flat-tax-revenu-de-base-retraite-par-points-ce-que-nkm-propose.php

http://bfmbusiness.bfmtv.com/france/nathalie-kosciusko-morizet-on-a-terriblement-laisse-deriver-le-statut-de-fonctionnaire-1054875.html

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2016/10/12/20002-20161012ARTFIG00003-primaire-a-droite-nkm-est-la-candidate-la-plus-liberale-pour-generationlibre.php

Posted in Eco-soc, l'information économique et sociales.

Laisser un commentaire