Revue de presse du 7 avril 2017

Des élèves de Seconde ont travaillé en AP sur le genre journalistique que représente la revue de presse : voici un aperçu de leur travail :

«  Frappe en Syrie, une agression ?  »

A la une cette revue de presse du vendredi 7 Avril, les bombardements des États-Unis sur la Syrie, le Brésil, l’art de la guerre appliquée à la vente d’armes.

Le président des états unis Donald Trump a décidé de passer à l’assaut le jeudi 6 avril, en frappant une base de l’armée Syrienne. Certain états du monde ( alliés des États Unis ) pensent que c’est un « soutien total » d’autres États ( adversaires ) pensent que c’est une « agression »

Le Brésil n’a aucun ennemi connu et pourtant lors d’un salon de la défense, le Brésil exhibe le savoir faire des fabricant d’armes. Ce secteur pèse 200 milliard de réais par an (environ 64 milliards de dollars), l’équivalent de 3,7 % du PIB du géant latino américain.
Samy –

Frappe Américaine en Syrie pour arrêter la barbarie

La base aérienne syrienne frappée par des missiles de croisière américains en Syrie dans la nuit de jeudi à vendredi .

Le président des États-Unis a appelé « toutes les nations civilisées à chercher à mettre fin au massacre et au carnage».

« Les réaction internationales se succèdent, entre « soutien total » des alliés des États-Unis, et condamnation de ses adversaires. », publie Le Monde. Cette action constitue un « spectaculaire revirement » du président américain, Donald Trump , qui passe à l’attaque contre la Syrie, pour cause d’une supposition d’une attaque chimique sur Khan Cheikhoun le mardi 4 avril 2017.

En effet Le Figaro.fr écrit que « Donald Trump affirme avoir agi dans “l’intérêt de la sécurité nationale” » dans une riposte à l’attaque chimique présumée imputée à Bachar el-Assad.

Cette première opération militaire des États-Unis contre le régime syrien, a été menée avec « 59 missiles » de la croisière Tomahawk.

Jean-Marc Ayrault, ministre des Affaires étrangères, s’est exprimé au micro de Franceinfo au sujet des frappes américaines en Syrie : «Il faut maintenant que les Russes et les Iraniens comprennent que soutenir à bout de bras jusqu’à l’ignominie le régime de Bachar Al-Assad, ça ne tient pas, ça n’a pas de sens (…). Il est temps de revenir à ce qui avait été décidé avec eux d’ailleurs, c’est-à-dire les bases de la transition politique qui passe par cette négociation de Genève qui doit être non pas une négociation de façade, mais une négociation profonde, sincère et efficace».

– Molly –

«Syrie : premières attaques américaines contre le régime Assad »

A la une de cette revue de presse du vendredi 7 avril, les frappes américaines contre une base aérienne du régime Syrien, les résultats d’une manifestation contre le président socialiste vénézuélien.

« Le Pentagone a envoyé une cinquantaine de missiles Tomahawk jeudi soir contre le régime syrien, suite à l’attaque au gaz sarin ayant tué au moins 85 personnes mardi. » Le journal Les Echos estime cet acte modeste et Le Figaro publie « Donald Trump met ses menaces à exécution ».

«Très impopulaire en raison de la crise économique et soumis à une importante pression internationale, le président du pays, Nicolas Maduro, refuse d’organiser des élections anticipées. Des heurts ont éclaté à Caracas, capitale du Venezuela, entre opposants au président socialiste, Nicolas Maduro, et policiers. » Le Monde estime que « l’impasse politique fait craindre que la situation dégénère dans la rue ».

– Lorine –

La puissance américaine à l’international

Au menu de cette revue de presse internationale du vendredi 7 avril : les bombardements des États-Unis sur la Syrie et la rencontre du président américain avec le président chinois

« Syrie: changement d’attitude des États-Unis après l’attaque chimique de Khan Cheikhoun» titre Libération, qui rapporte que la base aérienne syrienne frappée par des missiles de croisière américains dans la nuit de jeudi à vendredi avait été le point de départ des avions qui ont mené l’attaque chimique attribuée au régime syrien, selon le Pentagone.

Le Monde déclare qu’après les frappes américaines d’une base en Syrie, les réactions internationales se succèdent, entre «soutien total» des alliés des États-Unis, et condamnation de ses adversaires. La Russie dénonce «une agression»»

«Donald Trump et Xi Jinping, un choc de personnalités» titre du Monde : de cultures politiques et de caractères opposés, les présidents américain et chinois se sont rencontrés jeudi, pour la première fois, chez le milliardaire, en Floride. « La rencontre de Mar-a-Lago, qui devait se poursuivre toute la journée de vendredi, va également constituer un choc de cultures politiques. » Le président chinois est aussi réputé pour sa maîtrise des dossiers, alors que M. Trump est souvent décrit comme versatile. Pendant la campagne, Trump avait critiqué Pékin à de nombreuses reprises à propos de ses pratiques commerciales ou de son attitude à l’égard de la Corée du Nord.« Ce premier rendez-vous est très attendu. » s’impatiente Le Monde.

– Islem –

«Frappes en Syrie»

A la une sur cette revue de presse du vendredi 7 avril, une base aérienne syrienne attaquée par les États-Unis ainsi que les réactions des autres pays face aux frappes américaines.

«Donald Trump a déclenché ce jeudi, des frappes contre la Syrie en riposte à une attaque chimique présumée imputée au «dictateur Bachar el-Assad.» Le Figaro annonce que le président a affirmé à la télévision, que ces opérations étaient «dans l’intérêt vital de la sécurité nationale» des États-Unis. Il reconnaît son changement de position par rapport au conflit syrien sur son Twitter.

Les «événements horribles» de ce mardi causant la mort de près de quatre-vingts personnes, seraient «la cause» de ces attaques en Syrie.

Le Monde déclare qu’après le «spectaculaire revirement» du président américain, la Russie dénonce une «agression» contre «un État souverain». Les réactions internationales sont séparées entre «soutien total» des alliés des États-Unis et condamnation de ses adversaires.

Le gouverneur de Homs annonce que ces frappes ont fait «cinq morts et sept blessés». France 24 raconte que la chancelière allemande Angela Merkel et le président français François Hollande ont apporté leur soutien aux frappes américaines en Syrie, jugeant dans un communiqué commun que le président Bachar el-Assad en portait “l’entière responsabilité”.

– Chéryne –

Posted in Revue de presse.

Laisser un commentaire