La fin des 35 heures pour les jeunes ?

Emmanuel Macron (ex-ministre de l’économie) candidat à l’élection présidentielle en 2017 réfléchit actuellement à enlever les 35 heures mais pour les jeunes s’il était élu lors de cette élection.

Il reste favorable à la conservation d’une durée légale du travail, en revanche il estime qui faut « laisser ensuite aux branches le soin de moduler s’il y a des accords majoritaires ». Pour Emmanuel Macron « quand on est jeune 35 heures, ce n’est pas long. Il faut donc plus de souplesse, plus de flexibilité »

Son objectif, est d’inciter à terme les chefs d’entreprise à recruter de jeunes salariés. Pour l’ancien ministre de l’économie, il convient d’adapter l’âge de départ à la retraite selon les individus et les situations.

Pour Emmanuel Macron quand on est jeune, 35 heures, ce n’est pas assez. On veut travailler plus, on veut apprendre son travail. Et puis, il y a un principe de réalité. Un entrepreneur raisonne ainsi : « ce jeune n’est pas qualifié, je veux bien l’embaucher mais il va apprendre son job en entrant dans mon entreprise, donc il faut qu’il effectue davantage d’heures ».

Enfin si Emmanuel Macron était élu président les 35 heures pour les jeunes serait sûrement supprimer.

Matthieu T et Alexis M le 10/11/16

Socialisation primaire et secondaire

La socialisation est le processus par lequel un individu apprend et intériorise, tout au long de sa vie, les éléments socioculturels de son milieu, les intègrent à la personnalité sous l’influence d’expériences et d’agents sociaux significatifs et par là s’adapte à l’environnement social où il doit vivre selon Guy Rocher.

Il existe deux types de socialisation, la socialisation primaire désigne le processus de socialisation qui se déroule pendant l’enfance puis la socialisation secondaire correspond à la poursuite de ce processus (débuté lors de la socialisation primaire) à l’âge adulte.

La socialisation primaire :

La socialisation primaire se fait essentiellement avec la famille qui a un caractère omniprésent, avec la nourrice, la crèche, l’école, les amis, etc….

La socialisation secondaire :

La socialisation secondaire se déroule à la fin de l’adolescence et durant la vie adulte, dans les différents milieux sociaux que fréquente l’individu : vie professionnelle, groupe des pairs, etc. La socialisation secondaire s’appuie sur la socialisation primaire et prolonge ou la transforme.

Matthieu T et Alexis M le 24/11/16

Les Suicide Girls, féministes et entrepreneuses.

Les Suicide Girls se proclament féministes engagées pour la liberté des corps féminins. En effet, elles sont connues pour partager sur les réseaux sociaux des photos de jeunes femmes découvertes qui assument leurs défauts, leurs piercings, tatouages ou toutes formes d’extravagance. Le mouvement, et le site, existent depuis 2001 mais ont connu un essor ces derniers mois avec la sortie du film Suicide Squad. En effet, beaucoup de ces jeunes femmes ont aimé Harley Quinn, une des héroïnes du film. Jolie blonde aux cheveux roses et bleus, au maquillage dégoulinant mais s’assumant pleinement elle inspire de nombreuses Suicide Girls.
Outre le mouvement féministe, les Suicide Girls ont un site qui est considéré comme une véritable entreprise. Celui-ci est libre d’accès, il permet aux internautes de regarder des photos, voir les actualités des SG mais il existe aussi une partie payante : pour 12$ le mois ou 48$ l’année, ces jeunes femmes offrent des sets de photos plus osés, voire pornographiques même si la créatrice du site défend le contraire. Les jeunes mannequins touchent une petites rémunérations quand un de leur set est vendu. Mais le site génère beaucoup d’argent, il existe depuis 15ans sans connaître aucune année de crise.
Les Suicide Girls ne veulent pas révéler le nombre de personnes qui payent pour voir ces photos. Mais le mouvement féministe attire de plus en plus de fans à en voir le nombres d’abonnés qu’elles ont sur leurs réseaux sociaux.
Source : L’obs avec Rue 89

Laura W & Anna V

Les salariés d’Airbus craignent le licenciement

Les salariés sont plein d’inquiétude et de colère. Les syndicats craignent que la grande réorganisation du groupe se suive d’un millier de suppressions de postes. Ces coupes claires dans les effectifs sont la conséquence de la fusion entre la maison mère d’Airbus Group, ex-EADS, et sa filiale Airbus, constructeur des A320 et autres A380. Le nombre de licenciement doit être déterminé lors d’un comité d’entreprise européen (CEE) du groupe prévu mardi 29 novembre.

Le projet d’association entre les deux entités tient en deux mots, dénonce la CGT d’Airbus : « Economies, synergies ». La direction admet que « plusieurs centaines » de postes pourraient être supprimés. Surtout parmi « les fonctions supports administratives ». La direction veut s’attaquer aux « doublons ».

Déjà, Airbus Group et Airbus ont un directeur financier et un directeur des ressources humaines commun. Dorénavant, l’objectif est de réorganiser la communication, la recherche et développement (R&D) ou l’informatique. Pour la CGT, « ces suppressions de postes n’ont pas de justification économique ni industrielle ».

La direction s’entreprend à calmer les inquiétudes des salariés. Selon elle il y aura « des départs non remplacés ». Elle rappelle que le précédent plan Power 8, lancé il y a dix ans pour redresser les comptes du groupe, prévoyait de supprimer 5 000 postes. Finalement, cela n’avait concerné que 2 500 emplois, grâce à l’amélioration de la situation économique du groupe.

Le 24/11/2016

Marie.K et Liliah.K

Déviance et Délinquance

Pour commencer, si il n’y a pas de contrôle social alors il y a une déviance mais avant toute choses il faut définir le terme de contrôle social, le contrôle social est l’ensemble des moyens mis en œuvre par une société pour s’assurer de la conformité de ses membres. On remarque que la déviance est variable selon un individu de sa façon de penser par exemple avant 1975 l’avortement relevait de la délinquance sous le gouvernement de vichy qui était même passible de la peine capitale mais on remarque qu’en 1975 l’avortement était autoriser puis en 1980 il devient gratuit.

La délinquance est constituée de pratique déviante reconnu par la lois et sanctionné comme tel:il existe de la déviance pas délinquante comme de la prostitution, de la délinquance tolérée (ex alcool) et enfin de la déviance et délinquance (ex:meurtre,viol).

En effet on remarque que les médias nous parlent souvent d’insécurité qui augmente,il faut savoir que c’est soit parce qu’il y a plus de délinquance on qu’on arrive mieux a comptabiliser la délinquance ou que les forces de l’ordre arrivent a arrêtes beaucoup plus et aussi le sentiment d’insécurité car il augmente beaucoup plus maintenant avec les infos qui passent en boucle a la TV, les médias relatent les chiffres donc sa provoque un sentiment d’insécurité.

En somme il ne faut pas confondre déviance et délinquance car la délinquance découle de la déviance.

Imène S et Mivan G

Une opération humanitaire à Calais

Dans la matinée du lundi 24 Octobre 2016 à Calais , 1250 policiers et gendarmes ont été mobilisés pour évacuer les immigrés et les mineurs. En effet des hébergements sont assurés pour loger la population vivant dans la Jungle, ils prévoient d’ouvrir 287 centres d’accueil dans toute la France. De même une soixantaine de bus ont été mobilisés pour quitter la Jungle.

Cette opération à été décidé par le ministère de l’intérieur, en tant qu’action humanitaire. De plus des départs d’incendies ont été déclarés, mais heureusement, vite maîtrisés par les pompiers.Ces incendies sont justifiés par les migrants qui nous explique que c’est dans leur traditions. Cette tradition consiste à brûler leurs lieux d’habitats avant leurs départs.

Ainsi à la fin du mercredi 26 Octobre 2016, 5596 personnes sont évacuées et prises en charge et mises à l’abri. Néanmoins 890 personnes ne sont toujours pas prises en charge, car dans la Jungle nous pouvions compter 6486 personnes avant l’évacuation. Pour finir des certaines de familles décident de quitter la Jungle par eux même pour rejoindre le Royaume Unis comme ils l’avaient prévus au départ.

Marie.L et Gwendoline.J.

L’Europe à la traîne sur ses objectifs climatiques

Une étude du 8 Novembre 2016 à Bruxelles pilotée par institut du développement durable et des relations internationales (Iddri) en collaboration avec d’autres instituts de recherches européens affirment que l’Union Européenne n’est actuellement pas sur les rails pour atteindre ses objectifs prévus pour 2030 et 2050. La France et même l’Europe devraient donc en assumer les conséquences.

Dans d’autres secteurs économiques, l’Europe est aussi en retard sur ses engagements notamment dans la construction, l’industrie ou encore le domaine des transports. Illustrons avec l’intensité énergetique du transport de voyageurs (rapport entre l’intensité énergétique de transport de voyageurs) qui a baissé d’uniquement 0.7% par an sur 2000-2013, au lieu d’une baisse de plus de 2%.

Julie M. ; Lilou T.

Le Secours Catholique, le soutien avant l’argent

Aujourd’hui, le 17 novembre 2016, il est bien connu que notre vie peut s’effondrer en un rien de temps, en effet, les aléas de la vie peuvent très vite nous entraîner au fond du gouffre et chaque jour, de nombreuses personnes sont victimes de circonstances imprévisibles, comme Jacques, victime d’une usurpation d’identité par un individus qui a créé deux sociétés en son nom et s’est ensuite endetté, ce quinquagénaire se retrouve avec les dettes de ce dernier, porte plainte pour s’en sortir et obtenir la justice mais son RSA est vite supprimé, il se retrouve alors sans rien. De nombreuses personnes se retrouvent en situation précaire et et font appel à des associations comme le Secours Catholique, vers lequel Jacques s’est tourné en août 2015. L’organisation lui a fourni des bons alimentaires de 30 € par semaine et un chèque pour régler sa facture EDF, Jacques explique: “Quand je suis arrivé, il y avait deux bénévoles, Bernard et un autre Jacques. Ils m’ont écouté. J’ai senti qu’ils étaient choqués par mon histoire. C’était un vrai accueil, pas un truc où on remplit un dossier, on nous donne de l’argent et c’est tout. C’était humain. On a partagé des repas. Toute l’équipe m’a soutenu. C’est ce soutien moral qui m’a donné le courage.”

En effet, d’après statistiques du 34e rapport annuel du Secours catholique sur l’état de la pauvreté , les personnes seule représente 39% des individus ayant recours aux aides du Secours populaire et 19% sont sans aucunes ressources. La France, malgré son niveau de vie confortable, ne peut pas oublier ses nombreux habitants qui vivent sous le seuil de pauvreté : sur les 608 500 ménages rencontrés en 2015, 92,3 % sont sous le seuil de pauvreté.

Heureusement pour les précaires, des associations existent et leur viennent en aide, pourtant, on peut très vite être surpris par les demandes des bénéficiaires, même si

55 % des demandes exprimées concernent l’alimentation, 18 % le paiement des factures de loyer, d’énergie ou d’eau, et plus de 10 % l’accès à des vêtements, de nombreuses requêtes sont liées aux démarches administratives, à la mobilité, à l’emploi ou encore à l’accès aux banques.

Cependant, 57% des demandes exprimés concerne surtout le soutient morale: “Les personnes les plus démunies viennent avant tout chercher une écoute, un lien social alors que les personnes aux ressources plus élevées ont des demandes plus précises, matérielles principalement, et liées à un mode de vie plus stable” explique le rapport. L’écoute, le conseil et l’accueil sont ainsi les éléments les plus recherchés dans ce genre d’organisation.

Les bénévoles doivent donc affronter la timidité, la peur et parfois, la barrière de la langue (les étrangers représente 36% bénéficiaires), comme Souhila, maman de trois enfants en bas âge, arrivée d’Algérie en 2011 qui nous dit: “Une dame, Chantal, m’a reçue, nous avons parlé longtemps. J’ai vu dans ses yeux qu’elle ne me jugeait pas par rapport à mon origine, qu’elle m’écoutait avec son cœur.”

Thérèse,78 ans, bénévole depuis trois ans en Haute-Garonne, a l’habitude de ce genre de phénomène: “Quand les gens arrivent,il y a une certaine méfiance, ils ne se dévoilent pas tout de suite.” Parfois même, aucune demande matérielle n’est exprimée, ce qui peut contrer certains préjugés quant aux intentions des bénéficiaires.

Pour dénouer la parole et créer rapidement des liens, et répondre aux souhaits des bénéficiaires qui veulent passer pour des personnes sans être ramené à leur pauvreté, les bénévoles multiplient les formes d’accueils, des concepts sont créés: des marchés de famille mais aussi des formes plus typique mais dont le succès est assurés tels que des repas de partage, des vestiaires pour refaire sa garde robe…

Les demandeurs s’attachent ainsi très vite à l’ambiance de l’organisation et aux bénévoles, Souhila “passe encore de temps en temps, car la relation n’est pas terminée quand la distribution est finie”, et pour Jacques qui, lui, a trouvé, au seins des bénévoles du Secours Populaire une deuxième famille, c’était une évidence pour lui de devenir à son tour bénévole après que sa situation se soit amélioré. En définitive, désormais, sur les 67 500 bénévoles, « environ un sur trois est un ancien accueilli ». La première action des bénévoles semble être, par conséquent, d’apporter le réconfort nécessaire aux précaires.

Le Secours catholique,créée le 8 septembre 1946 par l’abbé Jean Rodhain, cherche à promouvoir la justice sociale. Son principal atout est son réseau de proximité, organisé en 76 délégations et 3 600 équipes locales. Il compte 67 500 bénévoles et 971 salariés qui s’occupent de 2 400 lieux d’accueil. En 2015, 608 500 ménages ont été accueillis, soit 1,463 million de personnes (775 000 adultes et 688 000 enfants). L’organisation a publié un manifeste le 17 novembre 2016 a écrit aux candidats à la primaire pour leur demander de faire de la lutte contre la pauvreté une priorité, dans le but de “construire ensemble un monde juste et fraternel”, dans la mesure où de plus en plus de famille en France sont touché par la pauvreté comme peuvent nous l’indiquer les chiffres suivant: en 2000, on comptait 7,8 millions de personnes pauvres ; on en recense 8,8 millions aujourd’hui. Parmi ces personnes, entre 4 et 4,5 millions sont des jeunes de moins de 30 ans. L’avenir de la société, à peine rentré dans la vie active, est déjà handicapée, ce qui devrait effrayer la population. De surcroît, comme on l’a précédemment écrit, de plus en plus de personnes accueillies n’ont pas recours aux prestations sociales et sont donc sans revenus, une réalité souvent mise entre parenthèse que nous ne pouvons plus nous permettre d’ignorer.

Nous finirons par préciser qu’environ,25 millions d’enfants dans les 28 pays de l’Union européenne, soit 26,9 % des 0-17 ans, étaient menacés de pauvreté en 2015, selon Eurostat. Même si la France n’est pas le pays le plus touché, ces chiffres lancent un appel à l’action, pour permettre un avenir plus serein à notre descendance.

Les organisations tels que les Secours catholiques vont surement devoir doubler leurs actions, même si, étonnamment, la majorité des demandes semble être de l’écoute, ce qui laisse envisager que notre société a surtout besoin d’écouter sa population et de s’unir.

Les propos ont été recuillies sur le site : “www.la-croix.com

Elisa G.

Greenpeace met en cause les comptes d’EDF

Le monde économie 17/11/2016

Greenpeace est une organisation de protection de l’environnement. Même si EDF est une grande entreprise avec plusieurs milliards d’euros à son actif. Entre les chantiers et la modernisation de leurs centrales, la société risque de se retrouver face a une équation financière impossible d’après une étude d’Alpha Value.

Greenpeace cherchant a promouvoir sa campagne touche 3 points sensibles avec lesquels EDF n’est pas d’accord.

Le premier point est que EDF n’a pas baissé ses prix comparé à ses concurrents. Alors qu’en Europe la chute des prix a été jugé durable.

Le deuxième point concerne les investissements dans les chantiers et la modernisation des centrales qui auraient un coût supérieur à leurs dépenses maximales jugées.

Le troisième point est le plus critique car il aborde la déconstruction des centrales et le traitement des déchets nucléaires. Là aussi le coût serait trop élevé

D’après Greenpeace la situation de EDF est bien plus pire qu’annoncé. La direction, elle, défend sa sincérité de ses comptes.

Anne-Lise A et Elisa C

Un revenu universel : pour ou contre ?

Le revenu universel également appelé allocation universelle ou revenu de base, doit permettre à tout habitant de percevoir une somme lui permettant de vivre, ou de survivre.

Le revenu universel consisterait à verser une somme comprise entre 500 et 1000 euros par mois et à vie sans condition de ressource et que la personne travaille ou non.

D’après un sondage réalisé les 27 et 28 octobre 2016 auprès de 974 personnes âgées de 18 ans et plus, nous avons pu constater que le revenu universel ne serait ni une « bonne » ni une « juste » décision pour la plupart des français.

En effet, 59% des français interrogés estiment que ce ne serait pas une “bonne” mesure, 62% qu’elle ne serait pas “juste” et 67% pas “réaliste”.

Pour ou contre ? La question peut se poser. Cependant, dans les deux cas, il y aurait des conséquences. Ainsi, une société d’ « assistés » pourrait se créer et le coût de cette mesure ne serait pas supportable pour l’état. De plus, cela inciterait peut être à l’abandon de recherche d’un emploi pour les chômeurs et à arrêter de travailler pour les autres en se contentant uniquement du revenu universel. Néanmoins, 85% des personnes continueraient d’exercer leur emploi car ils ne s’imaginent pas ne plus travailler et ne pourraient pas seulement se contenter de ce revenu universel.

INES.E ASTRID.A