FRANCAIS – OEUVRES DE TERMINALE

En Terminale, les 3 objets d’étude sont :

  • Identité et diversité
  • Au XX ème siècle, l’homme et son rapport au monde à travers la littérature et les autres arts
  • La parole en spectacle

Vous trouverez ci-dessous quelques œuvres utiles à lire afin d’alimenter la réflexion.

◊ IDENTITE ET DIVERSITE

⇒ Annie Ernaux, La Place, 1983 (roman) : La Place est un roman autobiographique d’Annie Ernaux. L’auteur y raconte son enfance au sein d’une modeste famille ouvrière. L’œuvre s’intéresse particulièrement au personnage du père de l’auteur dont le nom ne sera jamais dévoilé. Annie Ernaux évoque en effet les différences qui l’éloignèrent petit à petit de son père. L’assiduité et la passion d’Annie Ernaux pour ses études ainsi que son goût pour la culture feront en effet dire à son père que cette dernière ne travaillera jamais réellement et que seuls les ouvriers qui se servent de leurs deux mains savent ce qu’est le vrai labeur. L’ouvrage est surtout connu pour son style particulièrement dépouillé et sa sobriété. Par ailleurs, la majeure partie de cette autobiographie est un flash-back dans la mesure où Annie Ernaux  raconte la disparition de son père.

Intérêt pour l’objet d’étude : Annie Ernaux montre qu’il est possible de sortir d’un certain déterminisme social. Issue d’une famille ouvrière, elle obtiendra le CAPES et deviendra professeur de Lettres. Elle nous permet de réfléchir aux rapports que nous entretenons avec notre famille et avec les autres : être à la fois semblable et différent. De plus, par l’écriture , elle réhabilite son héritage culturel, mais aussi le personnage de son père dont elle s’est coupée à l’adolescence…

+ DVD : La fille du puisatier de Daniel Auteuil, (à l’origine de Marcel Pagnol) : En 1939, Patricia, la fille du puisatier Pascal Amoretti, se retrouve enceinte de Jacques Mazel, un jeune aviateur, fils de bonne famille. Or, celui-ci est mobilisé et ses parents refusent de reconnaître l’enfant. Amoretti chasse sa fille de la maison.

Ce film nous permet de réfléchir aux différences sociales entre catégories de personnes… aux relations parents enfants… Bref, à vous de réfléchir !

 

◊ AU XX ème SIÈCLE, L’HOMME ET SON RAPPORT AU MONDE A TRAVERS LA LITTÉRATURE ET LES AUTRES ARTS

⇒ Eric Faye, Nagasaki, 2010 (roman inspiré d’un fait divers au Japon) : À cinquante-sept ans, Shimura Kōbō mène une vie de vieux célibataire. Une vie presque aussi bien réglée que du papier à musique. Lorsque ce météorologue s’aperçoit que de petites quantités de nourriture manquent dans son réfrigérateur, il s’interroge. Son électro-ménager est-il hanté, est-ce lui qui perd la tête ou des gens pénètrent-ils chez lui pour seulement voler d’infimes quantités de jus de fruit ? Le doute s’empare de cet homme qui est tout sauf exceptionnel. Rien d’extraordinaire ne devrait lui arriver… Et pourtant !…

Intérêt pour l’objet d’étude :  Outre le thème de la solitude et de la précarité, Éric Faye élargit sa réflexion à notre société du XXIe siècle à Nagasaki, la ville blessée en 1945 et à l’attitude du Japon qui a longtemps refusé les contacts avec les Occidentaux…

 

◊ LA PAROLE EN SPECTACLE 

⇒Michel Quint, Effroyables jardins, 2000 (roman)  + adaptation au cinéma de Jean Becker : Lucien ne comprend pas pourquoi son père, instituteur  respecté, se ridiculise dans un numéro de clown amateur. Il en vient même à le mépriser. Un dimanche après-midi, l’oncle Gaston décide de lui dévoiler le secret de ce nez rouge. Il lui raconte comment durant la seconde guerre mondiale, son père, simple instituteur qui faisait aussi le clown le dimanche, pour arrondir  les fins de mois difficiles, est devenu un résistant.  Tous deux, Gaston et lui, ont commis des actes de résistance insignifiants. “Que je te dise : la Résistance, on s’y est mis, les autres je sais pas, en tous cas au début…Comme si on serait allés au bal…” avoue Gaston à l’adolescent .  Puis ils sont capturés par les Allemands et jetés avec deux autres compagnons d’infortune dans une fosse en attendant d’être fusillés…

Intérêt pour l’objet d’étude : Il est intéressant de mettre en parallèle le roman et le film. Dans le film, Becker insiste sur les symboles, les silences, les non-dits , la puissance des regards, les gestes…

” La dérision en toutes choses est l’ultime défi au malheur.” , citation de Jean-Baptiste Rossi dit Sébastien Japrisot.

 

N.Fenayon