Test moteur coreless CL820 (1S2C-Eq7)

Durant notre projet de conception d’une maquette du lanceur Ariane 5 nous avons mené des essais sur deux moteurs

Protocole expérimental :
– brancher le moteur au générateur
– faire varier la tension et l’ampérage :
– mesurer la tension → lire les données fournies par le générateur
– mesurer le courant → lire les données fournies par le générateur
– évaluer qualitativement le couple moteur

formule → P=V*I
P : Watt
V : Volt
I : Ampère

Mesures

La vitesse augmente en fonction de la tension
Quand on augmente la tension, il est plus dur de freiner la roue donc le couple varie en fonction de la tension.
Nous constatons aussi que lorsque nous freinons la roue l’intensité augmente pour compenser le couple résistant.

Protocole expérimental du moteur coreless CL820 :
– régler la tension du générateur (3,7V)
– brancher le moteur au générateur
– mesurer la tension → lire les données fournies par le générateur
– mesurer le courant → lire les données fournies par le générateur
– faire varier le couple en mettant ou enlevant des hélices au moteur
– mesurer la vitesse de rotation en tours/min de l’hélice avec un tachymètre*

*tachymètre: Un tachymètre optique mesure la fréquence du signal optique réfléchi par un morceau de bande adhésive réfléchissante que l’on colle au préalable sur une partie en rotation.

Mesures

Vitesse en fonction de la tension

voltage selon l’hélice avec un générateur à 3,6 V

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *