Nos petites histoires d’Halloween

Dessin Alexia

La nuit d’ Halloween
Le jour Halloween, dans la planète Stratigore, dans la ville de Louslac. Les Stratigoriens allaient fêter Halloween comme tous les ans.
La veille d’Halloween, une fusée arriva et j’en sortis.
J’étais humain mais personne ne le savait.
Alors tout le monde eut peur et rentra chez lui.
La police louslacienne arriva, mais la fumée de la fusée cachait leur vue et j’ eus le temps de partir. J’ arrivai près d’ une maison sur laquelle était écrit cela : zartichaud.
J’ouvris et j’entrai. Je vis un monstre qui me sauta dessus, je fis un bond à droite et il s’écrasa contre le mur de la maison. Le monstre se retourna et me sauta dessus à nouveau. Il me mangea et j’entendis un bruit de sonnette… Je me réveillai : c’était la sonnette de la porte d’entrée… Je me levai et allai ouvrir la porte. J’entendis alors « trick or treat »…

Histoire imaginée par Iliès Abdelsadok, 6e3 pour illustrer le dessin réalisé par Alexia Girault 4e4

Rémy et Blanche, eux ont cherché les origines d’Halloween, que voici:

Halloween est une fête originaire des îles anglo-celtes. Son nom est une contraction de l’anglais «All Hallow Eve» qui signifie the «eve of all Saints Day» et peut se traduire comme «la veillée de la Toussaint.».
A l’origine, ce que nous appelons Halloween, se dit en gaélique Oiche Samhna. C’est la saint-Sylvestre celtique: le dernier jour de l’année et le lendemain , c’est le jour de l’an: Et pendant cette nuit qui enterrait l’année celtique, les esprits et autres fantômes pouvaient revenir et hanter les maisons des vivants.
Trick or Treat!
C’est la version Halloween made in America de … la bourse ou la vie! (un sort ou une friandise?)
Trick désigne le sort, le tour. Du Normand triquer, variante du français tricher, en ancien français tricher quelqu’un c’est le tromper.
Treat vient du français traiter. Treat désigne dans ce cadre une friandise .
Le soir d’Halloween les enfants américains courent de maisons en maisons pour amasser le plus de friandises. Au Québec on emploie l’expression « courir l’Halloween »: les maisons canadiennes sont très espacées les unes des autres. De nombreuses maisons sont décorées a l’extérieur pour inviter les enfants a prendre les friandises et ceux qui refusent de donner on leur joue un tour..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *