Coupable d’un parricide… de fiction (le point de vue d’Alexina)

revolteevaVendredi 18, à 14H, nous avons assisté au débat nommé ‘Entre le droit et la fiction, où est la vérité ?» animé par Sophie Quetteville. Les invitées étaient Élise Fontenaille avec son livre La révolte d’Eva, Lenka Hornakova-Civade avec Giboulées de soleil, ainsi que l’avocate Cécile Barbera-Geral et Nathalie Hugonenc, chargée de mission aux droits des femmes et à l’égalité au sein de la Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations pour la Charente. Au commencement du débat, elles ont principalement présenté leurs livres. Par la suite, le débat s’est fait particulièrement sur le livre d’Élise Fontenaille. En effet, le fait qu’Eva commette un parricide a enclenché un réel débat entre l’auteur et Maître Cécile Barbera-Geral. Chacune restant sur leur position, l’une disant que son personnage était dans l’obligation et dans son droit de commettre ce meurtre après ce qu’elle avait subi et pour sauver sa famille et la seconde restant sur le fait que tuer quelqu’un était un crime et donc interdit. Comme elle nous l’a expliqué, en commettant cet acte, la victime échange les rôles avec son agresseur et devient donc coupable.

Au final, les deux femmes n’auront pas réussi à se mettre en accord.

Mon point de vue : « un débat très intéressant où je me suis sentie inspirée. Un parricide justifié ou non ? Un avis qui restera propre à chaque personne. »

Alexina P. TL, LJM 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *