Une aide numérique pour le suivi des compétences

15H30 16H30

Mesurer les progrès, communiquer avec les élèves sur les compétences et conserver une trace pluriannuelle des évaluations sont des enjeux pour lesquels le numérique devrait apporter une aide précieuse.

Témoignage de Philippe Lamy-Chappuis, enseignant et référent pour les usages pédagogiques numériques au collège Louise Michel de Lussac les Châteaux, dans lequel OBII est utilisé avec tous les niveaux d’élèves pour les compétences numériques (B2i). Présentation via Prezi.

Thierry Thébault est professeur de mathématiques et RUPN au collège Anne Frank de Sauzé Vaussais, où est utilisé SACoche, pour le suivi de classes sans notes (6è, 5è, 4è et 3ème). L’objectif était notamment que chaque enseignant puisse renseigner le Livret Personnel de Compétences (LPC) sans être obligé d’utiliser dans sa pédagogie et la communication avec les élèves les énoncés du socle commun.
Un référentiel commun a été défini par niveau et par discipline. Les enseignants ont pu s’inspirer d’une base de référentiels partagés entre les utilisateurs de SACoche et voir la popularité de ces exemples.
La saisie peut être faite au clavier.
Des liens peuvent être fournis aux élèves pour qu’ils revoient une notion via une ressource en ligne.
Des groupes de besoin peuvent être créés à partir des résultats.

CERISE collège est utilisé pour des classes sans notes au collège La Fontaine de Thénezay. Présentation par Virginie Tourat, professeur de mathématiques. Présentation sur le site Expérithèque.
Les référentiels (livrets) sont personnels, deux enseignants de la même discipline peuvent avoir un livret différent. Ils intègrent la compétence 4 du socle commun (B2I) et bientôt le parcours d’orientation.
Le bulletin accessible en ligne permet une information permanente des parents.
Les écoles du secteur ont envoyé les évaluations du palier 2 (socle commun pour le primaire). On voit ces évaluations sous forme de carrés de couleur de plus petite taille.

Pour en savoir plus : Les principaux livrets de compétences utilisés dans l’académie.

 

Réseaux sociaux : les têtes blondes

14H30 15H20

Les enfants sont de plus en plus actifs sur les réseaux sociaux électroniques (dispositifs de communication ayant pour vocation de créer et maintenir des liens sociaux), tels que Facebook.
Qu’y font-ils ?
Qu’en disent les pédo psychiatres ?
Que peut faire l’école pour accompagner ces nouvelles pratiques ? y a-t-il des activités, des ressources, qui permettent d’apporter aux élèves de 7 à 12 ans des informations et une formation utiles ?

Un exposé d’Eric Deveyneix, conseiller pédagogique TICE en Charente, des échanges d’expériences.

Toute cette problématique est du domaine 2 du B2I.

En Charente on met en place un défi internet départemental concernant un champ disciplinaire (cette année l’histoire) qui propose des situations permettent de valider les items du B2I. Exemple : Un collègue a eu l’idée de reconstituer ce qui aurait pu être le profil et les pages Facebook d’un poilu mettant à jour des informations de son incorporation à sa mort (le poilu Léon Gendre). On peut ainsi faire prendre conscience qu’involontairement des informations stratégiques auraient été dévoilées.

Pour éduquer des enseignants utilisent Twitter dans leur enseignement (école de Burie par exemple). On crée un compte pour la classe (CE2) et cela sert de support pour éduquer à l’usage prudent des médias numériques tout en travaillant l’expression.

L’usage de Snapchat peut être recommandé pour échanger des messages éphémères : l’application a l’avantage d’auto-détruire les messages automatiquement, et donc de limiter les traces qui pourraient être regrettées. Mais il faut avoir conscience qu’il est techniquement possible de conserver certaines de ces photos et d’en détourner l’usage. Rien de ce qui est diffusé via internet n’échappe à cette règle.

L’académie met à disposition des enseignants des outils (blogs …) qui sont d’une grande protection pour les utilisateurs notamment en cas de piratage du site (la fermeture du blog peut être immédiate), et permettent d’initier aux bonnes pratiques de  médias numériques.

L’utilisation du proxy académique est une sécurité de premier niveau indispensable et obligatoire pour les écoles de l’académie. L’accompagnement et la surveillance ne sont pas toujours faciles avec les solutions nomades et l’entrée des appareils personnels connectés, cela rend la nécessité éducative encore plus importante.

Il faut conseiller aux collègues le site Internet sans crainte avec les personnages Vinz et Lou.

Le “permis internet” a été créé par la gendarmerie et une compagnie d’assurance, le discours est alarmiste et non éducatif.

En savoir plus :

Les twittclasses
Des ressources pour éduquer les élèves de 7/12 ans (le support utilisé lors de l’atelier).
L’avis et les conseils de Serge Tisseron (conférence)

 

Jouer pour apprendre

10H 10H50

Comment s’y prendre pour intégrer des jeux dans les apprentissages ?

Sophie Pierre, professeur d’anglais au collège Descartes à Châtellerault, crée des exercices ludiques avec l’application web “LearningApps”.

Claudia Grillet, professeur de mathématiques au collège Ronsard à Poitiers, fait partie du groupe “animaths”, qui crée des énigmes et des concours pour stimuler l’envie d’apprendre à raisonner et à calculer. Elle a testé le nouveau jeu en ligne “Mathador”, qu’elle utilise en classe avec des tablettes iPad, dans le cadre de l’expérimentation “EduTablettes 86”.
La présentation utilisée lors de l’atelier : Jouer

Un jeu a été mis à disposition des élèves par Julien Pavageau, professeur de mathématiques, sur le site du collège Albert Camus. Les élèves ont été nombreux à utiliser cette occasion d’exercer leur raisonnement.

Pour en savoir plus :
L’application LearningApps (qui est utilisable dans de nombreuses disciplines).
L’application Mathador
L’expérimentation EduTablettes86, site académique

Un portefolio pour l’élève

9H 9H50

Comment aider les élèves à prendre conscience de leurs acquis et à les valoriser ?

Au Lycée Pilote Innovant International les enseignants accompagnent les élèves dans la constitution d’un “webfolio”, qui met en valeur les expériences et compétences spécifiques qu’ils ont acquises au lycée et dans le cadre extrascolaire ainsi que les projets auxquels ils ont participé.

Une démarche présentée en images par Christophe Hilairet, enseignant dans ce lycée.

Pour en savoir plus, site du lycée

Fiche méthodologique élève (les étapes de la création du webfolio)

Réalisation du webfolio avec FreePlane

La fiche décrivant le processus sur le site expérithèque

Réseaux sociaux : les adolescents

15H30 16H20

Les adolescents sont de plus en plus nombreux à utiliser des réseaux sociaux électroniques (dispositifs de communication ayant pour vocation de créer et maintenir des liens sociaux), tels que Facebook, Twitter, Myspace.
Qu’y font-ils ?
Que peut-on faire au collège et au lycée pour accompagner ces nouvelles pratiques ?
Y a-t-il des activités, des ressources, qui permettent d’apporter aux élèves de 13 à 17 ans des informations et une formation utiles ?

Un exposé de Bernard Usé, accompagnateur des médias pour l’éducation du réseau Canopé.
Le témoignage d’Isabelle Kesler, documentaliste au lycée Maurice Genevoix, qui a mis en place avec les élèves une activité utilisant Twitter.

– Voir l’article Des adolescents, des médias sociaux, des enseignants

Entraide entre élèves

10H 10H50

Peut-on donner aux élèves l’habitude de s’entraider, pour réduire la fracture numérique et installer un climat solidaire ?

Au collège du Jardin des Plantes à Poitiers, Hélène Lebot fait utiliser le logiciel libre Audacity pour travailler l’anglais. Elle invite les élèves à préparer ensemble les évaluations, pour que les plus habiles aident les autres à créer et enregistrer au bon endroit un fichier audio, et pour qu’ils se stimulent mutuellement dans l’apprentissage de l’anglais.

Au collège Antoine Delafont à Montmoreau, les enseignants veillent à ce que les élèves soient régulièrement amenés à collaborer et à s’entraider notamment lors des séances d’accompagnement éducatif. Géraldine Héquette a évoqué des exemples vécus.

Compte-rendu provisoire.

 

Créer un livre

Certains logiciels permettent de créer avec les élèves un document numérique illustré, qui pourra se feuilleter comme un livre.

Sophie Pierre, professeur d’anglais au collège Descartes, utilise Didapages pour créer des livres numériques, illustrée d’images, de croquis, d’animations flash, de sons, de vidéos. Certains comportent des activités interactives.

Cet outil est utilisé aussi bien dans les écoles, les collèges et les lycées : les élèves s’approprient facilement les outils d’édition, qui leur permettent de créer par exemple des mots croisés ou des présentations animées.

Il existe plusieurs versions du logiciel. Didapages 1 est gratuit et permet de se familiariser avec la logique du logiciel. Il existe de nombreux tutoriels pour apprendre à l’utiliser. Il est cependant plus limité que les autres versions.

Le témoin a choisi après ce 1er essai d’utiliser Didapages 2 standard. Elle l’utilise avec les élèves (création de contes illustrés, de compte-rendus de sortie…) et pour les élèves (création d’exercices d’entrainement ou pour faciliter la compréhension). Cette version payante peut être testée sur le site officiel.

Pour créer des activités comportant des enregistrements sonores, elle utilise des logiciels qui transforment un texte en voix (text-to-speech), tels que Acapela ou Ivona.

Pour en savoir plus :
Une carte mentale sur Didapages proposée sur le site de l’académie de la Martinique,
un tutoriel réalisé par Philippe Thielleux
,
des exemples de scénarios pédagogiques pour le primaire,
un exemple de scénario d’usage en 6ème (dictionnaire et défilé de poèmes),une liste d’autres logiciels permettant de créer des livres (Calaméo…).