Utiliser le cloud en établissement (mini table ronde)

Pour quels avantages ? à quoi faut-il faire attention ?

Frank Soulard, professeur au lycée professionnel Jean Albert Grégoire, a besoin de partager avec ses collègues des dossiers dans lesquels chacun intervient. Le stockage sur le “nuage informatique” avec Dropbox leur a permis notamment de pouvoir utiliser la dernière version de chaque document depuis n’importe quel point d’accès à internet. L’établissement a ensuite cherché une solution pour étendre le bénéfice de ces technologies sans stocker des données personnelles en dehors de l’Europe.

Julien Pavageau, référent pour les usages pédagogiques numérique au collège Albert Camus, a mis en place un système pour que les collègues qui utilisent des espaces virtuels puissent retrouver le matin dans l’établissement les documents numériques qu’ils ont mis à jour chez eux.

Nicolas Audouin, adjoint au responsable de la sécurité des systèmes d’information au rectorat, apportera son éclairage sur les points de vigilance.

Photographier en cours

On peut de plus en plus facilement photographier (des résultats d’expériences scientifiques, des schémas, des sauts en hauteur, des travaux d’élèves…). Ces photos peuvent être exploitées en classe ou après la classe. Pour quoi faire ? comment s’y prendre ? Trois témoignages.

– Stéphan Chauveau, professeur de sciences physiques au Lycée Jean Monnet, laisse les élèves utiliser leurs téléphones, pour photographier le résultat de leurs manipulations et expériences. Ces images sont parfois intégrées ensuite à un document, notamment au carnet de bord de travaux personnels.
Des photographies ont aussi été réalisées à l’occasion de sorties géologiques, puis retravaillées afin de faire apparaître des plans de coupe.
L’objectif est notamment de développer les compétences en usage des TICE.
Cet enseignant estime important cependant de ne pas substituer ces pratiques à la réalisation de schémas scientifiques.
Des échanges ont eu lieu lors de l’atelier sur les risques pris par un enseignant quand il laisse les élèves utiliser leur matériel personnel dans le cadre des cours (voir lien ci-dessous).

– Géraldine Héquette, professeur de sciences physiques au collège Antoine Delafont, met à disposition des élèves des outils (selon les cas webcam, visualiseur, appareil photo). Les photos réalisées en cours permettent par exemple de mettre en avant les propriétés d’un liquide.
Elle apprend aux élèves à citer l’origine des images qu’ils utilisent dans leurs travaux, en leur fournissant un diaporama dans lequel des notes apportent des conseils en méthodologie. Ceci est fait en lien avec les items du B2I (Brevet Informatique et Internet).

Elle photographie aussi à l’aide d’une visualiseuse l’énoncé d’un exercice sur le manuel, et/ou le travail fait par certains élèves. Par l’intermédiaire d’un logiciel de tableau blanc interactif, elle peut afficher, surligner, découper pour mettre en avant les parties intéressantes de ces clichés, pour faciliter les apprentissages.Elle les met parfois à disposition du groupe via l’environnement numérique de travail (i-Cart).

– Loïc Chapellier, professeur de mathématiques au Lycée Pilote Innovant International, utilise en classe des tablettes sous Androïd, dans le cadre de l’expérimentation “Living cloud”. Il photographie avec une tablette notamment des copies d’élèves et des écrans, pour exploiter les travaux au vidéo projecteur.

Ces photographies sont partagées via Dropbox avec une connexion wifi. L’intérêt de cet outil de partage (qui existe en version gratuite) est notamment d’être notifié quand une nouvelle image est stockée ou modifiée. Les élèves se sont inscrits avec leur adresse mail à ce service après explication des conditions d’utilisation.

Pour en savoir plus sur l’expérimentation Living cloud : le blog de l’expérimentation au LP2I.

Sur le cloud computing, un article du CDDP de l’Aveyron.

Sur le fait de laisser les élèves utiliser leur smartphone en classe, un dossier sur le site de l’académie de Toulouse.

Sur l’usage d’une webcam pour photographier en classe, un article sur le site de mathématiques.

Sur l’usage de la photographie de copies associé à l’annotation avec un logiciel de tableau numérique, un article sur le site “usage du numérique éducatif”.

Collaborer entre professeurs

14H30 15H20

Quels outils numériques facilitent le travail en commun et l’entraide entre enseignants ?

Nicolas Faure, référent pour les usages pédagogiques numériques à l’EREA Anne Frank, partage des documents avec ses collègues via Dropbox et met à disposition des enseignants un document sur Google Drive pour le recueil et le suivi des demandes d’assistance ou de formation, ainsi qu’un agenda partagé.
Pour le partage d’informations au sujet des élèves des documents numériques pluriannuels sont stockés sur le serveur de l’établissement, accessible par internet (environnement numérique i-Cart).

Isabelle Kesler, documentaliste au lycée Maurice Genevoix, échange avec d’autres documentalistes dans le cadre du Mooc “Doc TICE” organisé par l’académie de Besançon. Leurs travaux de groupe à distance visent le croisement de regards sur des scénarios pédagogiques.

Pour en savoir plus

Utiliser Google Drive avec les élèves ? (mini table ronde)

14H30 15H20

Les services proposés par Google sont de plus en plus utilisés par des enseignants et des éducateurs.
Quels en sont les avantages ? Pourquoi certains enseignants préfèrent-ils éviter de les utiliser avec les élèves ?

– Johann Boeuf, professeur de lettres au lycée Paul Guérin, explique et montre dans quels contextes il utilise ces outils, et ce qu’ils rendent possible.
– Nicolas Audouin, adjoint au responsable de la sécurité des systèmes d’information et formateur, explique les inconvénients que peut poser l’usage de ces services.
– Des étudiants de BTS apportent leur point de vue.

Un débat observé par Nicolas Faure. Voir le compte-rendu.