Utiliser le cloud en établissement (mini table ronde)

Pour quels avantages ? à quoi faut-il faire attention ?

Frank Soulard, professeur au lycée professionnel Jean Albert Grégoire, a besoin de partager avec ses collègues des dossiers dans lesquels chacun intervient. Le stockage sur le “nuage informatique” avec Dropbox leur a permis notamment de pouvoir utiliser la dernière version de chaque document depuis n’importe quel point d’accès à internet. L’établissement a ensuite cherché une solution pour étendre le bénéfice de ces technologies sans stocker des données personnelles en dehors de l’Europe.

Julien Pavageau, référent pour les usages pédagogiques numérique au collège Albert Camus, a mis en place un système pour que les collègues qui utilisent des espaces virtuels puissent retrouver le matin dans l’établissement les documents numériques qu’ils ont mis à jour chez eux.

Nicolas Audouin, adjoint au responsable de la sécurité des systèmes d’information au rectorat, apportera son éclairage sur les points de vigilance.

Des documents accessibles

13H30 14H20

Cédric Couvrat, conseiller TICE ASH, et Nathan Rochais, lycéen dyspraxique, donnent des exemples de précautions à prendre quand on souhaite produire des documents accessibles au plus grand nombre : des documents faciles à trouver, à transporter, à lire, à comprendre, à utiliser pour des activités pédagogiques, y compris par les élèves qui ont des difficultés de lecture ou de compréhension .

Pour en savoir plus

Manuels numériques : un panel

Bernard Usé, du réseau Canopé, évoque les différentes formes de manuels scolaires numériques.

Les manuels sont distribués, soit directement par l’éditeur, soit, le plus souvent, via des bouquets de diffusion dont les principaux sont le CNS et le KNE (qui regroupent respectivement 20 et 31 éditeurs).

Les manuels produits par les communautés d’enseignants ont des modèles économiques originaux : ainsi le Livre Scolaire vend ses manuels papier et donne accès gratuitement à ses manuels numériques, les Clionautes collaborent avec Nathan technique pour un complément au manuel Histoire-géographie Tle Bac Pro, Weblettres collabore avec Le Robert pour les manuels “Passeurs de textes”, Sésamath collabore avec Magnard, Retz et Génération5 pour ses cahiers et manuels, les ebooks du web pédagogique sont disponibles à la vente et le site se rétribue par sa version Premium.

Des points de vigilance

– Les éditeurs proposent des périodes d’essai de spécimen, ou des extraits : il ne faut pas hésiter à tester un manuel avant de l’acquérir. Les centres Canopé disposent d’un accès aux plateformes CNS et KNE à des fins de démonstration, sur PC ou sur tablette. Il est également possible d’y expérimenter les différents moyens d’interagir avec les manuels (TBI, VNI, projection sans fil, etc.).

– Si un problème technique survient (lié à installation sur un réseau local ou un ENT, à une perte de données sur une clé USB, à un problème de DRM…) il est essentiel de se tourner vers l’éditeur, qui a autant intérêt que l’enseignant à ce que les usages soient facilités (pour simplifier la tâche de ses clients, Belin propose de pré-charger sur clé USB les manuels acquis sur la libthèque).

– Dans un contexte encore un peu flou où l’édition cherche un modèle économique viable, il est important de bien comprendre le périmètre de l’usage accordé à l’utilisateur (durée de l’abonnement ou achat de la licence, utilisation par l’enseignant ou l’élève, de tout point internet ou sur certains postes, type de terminal sur lequel le manuel sera utilisable…) et les conditions tarifaires (généralement un tarif “adoptant-prescripteur”, parfois gratuit, est accordé aux établissements équipés d’un certain nombre d’exemplaires papier).

Pour en savoir plus : sur les différents types de manuels numériques, une page du site académique “usages du numérique éducatif”.

Le dossier “manuels numériques” sur le site du ministère (Eduscol).

Un article de Bernard Usé sur le site Canopé académique situe le manuel numérique parmi les ressources pédagogiques éducatives.

Baladodiffusion

14H30 15H30
Comment permettre aux élèves de développer leurs compétences langagières en s’appuyant sur la diffusion de fichier ou de flux pour baladeurs ?

Aurélie Guibert, professeur d’anglais au lycée professionnel Blaise Pascal, utilise des lecteurs MP3 et une malette Balibom pour faciliter la collecte et la diffusion des enregistrements sonores.

Elle raconte des scénarios qui l’aident à :
– développer la compréhension orale individuelle
– évaluer l’expression orale en continu
– développer l’interaction orale (dialogue)
– travailler la prononciation/phonologie.
– aider les élèves dyslexiques à apprendre et mémoriser chez eux.

Document utilisé pour la présentation : BALADO

Webclasse

10H00 10H50

Comment construire une extension spatio-temporelle de la classe ?

Pour faire lire, écrire et participer pendant et entre les cours, Thierry Dolbeau, professeur de lettres histoire au lycée professionnel du Dolmen, utilise des outils simples à installer et à utiliser :
– un agrégateur de liens (symbaloo)
– une plate-forme de blogs (wordpress)
– un service de stockage en ligne (box.com)
– un réseau social privé (diaspora)
– un traitement de texte en ligne (Mopad)

Pour en savoir plus :
Sur le site pédagogique de l’académie.

 

Réseaux sociaux : les adolescents

15H30 16H20

Les adolescents sont de plus en plus nombreux à utiliser des réseaux sociaux électroniques (dispositifs de communication ayant pour vocation de créer et maintenir des liens sociaux), tels que Facebook, Twitter, Myspace.
Qu’y font-ils ?
Que peut-on faire au collège et au lycée pour accompagner ces nouvelles pratiques ?
Y a-t-il des activités, des ressources, qui permettent d’apporter aux élèves de 13 à 17 ans des informations et une formation utiles ?

Un exposé de Bernard Usé, accompagnateur des médias pour l’éducation du réseau Canopé.
Le témoignage d’Isabelle Kesler, documentaliste au lycée Maurice Genevoix, qui a mis en place avec les élèves une activité utilisant Twitter.

– Voir l’article Des adolescents, des médias sociaux, des enseignants

Partage de liens entre élèves

9H00 9H50

Comment faire en sorte que les élèves s’approprient ensemble le web, et partagent leurs trouvailles ? un moyen de lutter (entre autres) contre la fracture numérique.

– au collège de Lussac les Châteaux, certains partagent les sites qu’ils repèrent dans le cadre de travaux de groupes via le réseau collaboratif (i-Cart) en se créant un groupe privé. Ce sont des usages qui permettent une éducation à l ‘usage raisonné des réseaux sociaux.

Certains partagent des perles d’un  “Pearltrees” (arbre de liens) qui organise leurs trouvailles. Ce n’est pas un site fourni par l’établissement, mais disponible gratuitement sur le web. La présentation est esthétique et l’usage du site intuitive, cela plait aux élèves. Julien, ancien élève du collège, avait commencé son “Pearltrees” l’an dernier et montré aux enseignants cette pratique. Il continue au lycée (25 000 partages avec d’autres utilisateurs).
Cet outil peut être temporaire pour une année (possibilité de les classer par année) puis de repartir sur des liens nouveaux.
Le témoignage de cet élève apparait dans le film “des disciplines au B2I“.

Une production faite pour l’histoire des arts dans le respect des règles de citation a été valorisée auprès des autres élèves via le site interne du collège (site SPIP).
Présentation illustrée de ces pratiques via un “Prezi” par Philippe Lamy-Chappuis, enseignant de technologie.

– au collège de la Roche-Posay, on leur fait créer ensemble une sitographie dans le cadre d’un travail de recherche accompagné par un professeur de sciences physiques et un professeur documentaliste (les élèves travaillent en sous-groupes, chaque groupe sélectionne des sites adéquats sur une partie du cours).
Les élèves utilisent un outil pour citer la source. Ils prennent ainsi conscience de l’utilité des métadonnées selon le type de ressource (par exemple pour un article scientifique la date est importante).
Ce travail est évalué par compétences.

Présentation par Julie Moraine, professeure documentaliste.
Support utilisé : scénario collège Léon Huet 

Sites utilisés :
comment citer une source (Tahitidocs)
Portail documentaire (Collège Léon Huet)
Document collaboratif Framapad

– au Lycée Professionnel du Dolmen, on leur fait utiliser l’agrégateur de flux Symbaloo. Présentation par Anne Théau, professeur de vente.
Présentation de Symbaloo sur le site docs pour docs.

– Qu’en dit la recherche ? partage de signets pour la collaboration et l’apprentissage, sur le site de l’Agence des usages des TICE.