Académie de Poitiers/CollÚge Font-Belle/Segonzac

Expérimentation Dessin/Photographie

———————————————————————–

Auto-Ă©valuation: Mai 2022

———————————————————————–

Les modalités pédagogiques

Identification et analyse des situations, dispositions, rituels pédagogiques efficaces

Temporalité

Les séances en quantité limitée par rapport aux ambitions des séquences étant ventilées par quinzaine, le temps de réactivation des notions et des consignes entraßne des séances trÚs synthétiques et resserrées.

Spatialité

La classe choisie pour bĂ©nĂ©ficier de l’expĂ©rimentation prĂ©sentant comme caractĂ©ristique de comporter deux Ă©lĂšves dont les PAP contraignent l’ensemble de ces quatriĂšmes Ă  rester cantonnĂ©s dans une unique salle de cours durant la semaine, la mise en Ɠuvre du dispositif apparaĂźt pour eux comme un espace de libertĂ© qui ajoute Ă  leur bonne perception de celui-ci.

Les sĂ©ances se dĂ©roulent dans deux salles de classes isolĂ©es du bĂątiment principal mais contiguĂ«s. La technique du light-painting nĂ©cessite qu’une des piĂšces voit sa porte close, ses rideaux tirĂ©s et le mobilier dĂ©placĂ©. Ce qui induit une responsabilisation ferme des groupes de travail.

Il est Ă  noter que la salle ne comporte pas de volet et pose ainsi des difficultĂ©s techniques dans la mise en place d’un espace suffisamment sombre par temps de plein soleil pour la mise en Ɠuvre de crĂ©ations en light painting.

Identification du dispositif

Petit Ă  petit, l’expĂ©rimentation est reconnu par les Ă©lĂšves et les adultes comme un dispositif distinct des cours d’arts plastiques en particulier grĂące Ă  sa pĂ©dagogie par projet qui se rapproche de la dynamique dĂ©jĂ  engagĂ©e en CHAAP au delĂ  de ses caractĂ©ristiques logistiques aidĂ© en cela par les articles publiĂ©s sur le site du collĂšge et les vidĂ©os mises en ligne sur la chaĂźne Youtube du collĂšge.

Cette approche a permis d’ailleurs d’aborder la question de la lĂ©gitimitĂ© d’une pĂ©dagogie par projet avec l’Ă©quipe enseignante lors du second conseil de classe.

Implication des Ă©lĂšves

Lors de la mise en Ɠuvre de l’expĂ©rimentation, environ les trois quart des Ă©lĂšves se dĂ©claraient enthousiastes aux neuf sĂ©ances supplĂ©mentaires dans leur emploi du temps. La rĂ©alisation des premiĂšres photographies servant de base au travail de dessin fut d’ailleurs fastidieuse dans la mobilisation des Ă©lĂšves.

A mi parcours, suite Ă  la valorisation des travaux photographiques sous forme de vidĂ©o et au caractĂšre ludique des sĂ©ances, l’ensemble des Ă©lĂšves se dĂ©clare impatient du rendez-vous et volontaire dans l’utilisation de leur image sous forme photographique.

Valorisation

La séance de verbalisation à partir de la compilation audiovisuelle des travaux de light-painting a marqué un tournant dans la réception du dispositif et la valorisation des élÚves. La vidéo mettant en scÚne la progression de leur projet et le dépassement des attentes par une étonnante anticipation des séquences suivantes par les élÚves à travers une spectacularisation des effets lumineux, la classe a pris confiance dans ses aptitudes de travail en particulier en groupe mais aussi dans les objectifs des séquences proposées.

L’expĂ©rimentation Dessin/Photographie constitue un point d’appui efficace dans les Ă©changes Ă  caractĂšre pĂ©dagogique entre Ă©lĂšves, parents et pilote du dispositif d’une part et relativement entre enseignants d’autre part (proposition d’un EPI Physique-Chimie et Arts plastiques, Ă©change sur la pĂ©dagogie par projet en conseil de classe).

Les pratiques des Ă©lĂšves

Identification et analyse du dĂ©veloppement de la sensibilitĂ©, des habiletĂ©s, de l’autonomie, de l’engagement, de la diversitĂ© des productions.

Sensibilité

Le tissage des prĂ©requis des sĂ©quences photographiques effectuĂ©es en cours d’arts plastiques avec les objectifs de l’expĂ©rimentation a permis :

– D’une part, d’approfondir les liens que peuvent entretenir la reprĂ©sentation et le rĂ©el en particulier dans l’exploration de la trace des gestes de la technique photographique Ă©tudiĂ©e mais aussi dans la mise en Ɠuvre d’une pratique de dessin s’affranchissant du travail de la ligne.

– D’autre part, la multiplicitĂ© des productions photographiques et dessinĂ©es aura permis de dĂ©passer le spectacularisation des effets en les comparant.

Ces Ă©lĂ©ments sont apparus saillants lors de la verbalisation sur les travaux mais aussi dans l’exploration des notions liĂ©es aux rĂ©fĂ©rences artistiques introduites par des piĂšces culturelles plus aisĂ©s d’accĂšs.

Habileté

A l’intĂ©rieure de la premiĂšre sĂ©quence, un dĂ©sĂ©quilibre est apparu entre le dĂ©passement des objectifs en light painting, ce qui a permis la valorisation d’un Ă©lĂšve en particulier, et, une apprĂ©hension des consignes de la partie dessin en raison de l’habiletĂ© supposĂ©e nĂ©cessaires d’aprĂšs les Ă©lĂšves Ă  leur concrĂ©tisation.

Il est pour l’heure envisagĂ© de relativiser la « maladresse » redoutĂ©e par les Ă©lĂšves Ă  travers l’animation des dessins d’une part (valorisation de la globalitĂ© du projet) et la mise en avant de l’expressivitĂ© des productions individuelles, question dĂ©jĂ  travaillĂ©e en 5Ăšme.

Autonomie

En parallĂšle de l’engagement matĂ©riel, le dispositif logistique comme dĂ©jĂ  Ă©voquĂ© aura nĂ©cessitĂ© une responsabilisation des Ă©lĂšves et le dĂ©veloppement de stratĂ©gie de travail en groupe.

La technique du light-painting a travers sa relative simplicitĂ© aura permis un dĂ©veloppement organique du sens de l’initiative chez les Ă©lĂšves dans lequel l’enseignant n’avait qu’Ă  apporter des jalons techniques.

La technique du Clair-obscur nécessite quant à elle un encouragement régulier et un récapitulatif des étapes de réalisation fréquent.

Engagement

La dĂ©cision fut prise, Ă  l’origine des sĂ©quences, de la rĂ©alisation des travaux demandĂ©s aux Ă©lĂšves par l’enseignant. Au risque d’une modĂ©lisation (peu prĂ©gnante a posteriori), l’objectif de cette dĂ©marche Ă©tait la prise en compte des contraintes logistiques et techniques mais surtout la formulation d’un message adressĂ© Ă  la classe. Il s’agissait de la crĂ©ation en confiance et entraide d’un groupe avec l’enseignant en vue d’un objectif commun. AssociĂ© Ă  la valorisation audiovisuelle, cette stratĂ©gie de projet global semble pour l’heure trĂšs efficace.

La vidĂ©o de rattrapage rĂ©alisĂ©e en raison d’une absence de l’enseignant a d’ailleurs entĂ©rinĂ© l’engagement des Ă©lĂšves dans une dynamique identique.

Diversité

Au sein d’une classe hĂ©tĂ©rogĂšne et peu solidaire, la mise en Ɠuvre de projets collectifs pouvait paraĂźtre peu engageante.

Pourtant, l’enseignant a pris la dĂ©cision de constituer les groupes de travail afin de ventiler les Ă©lĂšves chaapistes (provenant de la Classe Ă  horaire amĂ©nagĂ© Arts Plastiques) et non chaapistes, les Ă©lĂšves impliquĂ©s et/ou concentrĂ©s ou moins, tout en conservant impĂ©rativement des binĂŽmes amicaux.

La prĂ©sence d’élĂšves chaapistes dans les groupes s’est rĂ©vĂ©lĂ© judicieuse au dĂ©part en raison de leurs connaissances techniques ainsi que des stratĂ©gies crĂ©atives intĂ©grĂ©es en CHAAP. Pourtant, les groupes se sont rapidement homogĂ©nĂ©isĂ©s dans un second temps dans une articulation souple des groupes en raison de l’habitude de travail collectif par projet des chaapistes.

Il s’agissait dans un second temps d’orienter en cours de rĂ©alisation organiquement la rotation des rĂŽles au sein des groupes. Ce qui permit une jolie diversitĂ© des dynamiques et en consĂ©quence des rĂ©alisations. La valorisation des travaux effectuĂ©e Ă  travers une unique production prĂ©sentant de maniĂšre croisĂ©e les rĂ©alisations a permis d’engager un dĂ©but de cohĂ©sion dans la classe.

L’expĂ©rimentation a ainsi autorisĂ© une prise de confiance dans les aptitudes des Ă©lĂšves mobilisĂ©s par un projet motivant dans un cadre rassurant. Le travail photographique a principalement crĂ©Ă© une dynamique de groupe efficace et valorisante, la technique abordĂ©e s’est notamment implantĂ©e dans la pratique personnelle de quelques Ă©lĂšves.

La dynamique de projet

Identification et analyse du développement des intentions et de projets personnels, effets structurants du parcours

Objectifs pédagogiques

CentrĂ© autour de la lumiĂšre, la ventilation entre le light-painting et le dessin en clair-obscur ( dessiner avec la lumiĂšre / dessiner uniquement la lumiĂšre) s’opĂšre d’une maniĂšre naturelle. Elle conserve en point de mire l’exploration de cette notion en lien avec une conclusion sous forme d’une production ambitieuse qui reste prĂ©sentĂ©e comme un challenge pour les Ă©lĂšves (pixilation en light painting)

Intentions

Mise en avant dans la vidĂ©o de valorisation, le processus crĂ©atif dĂ©veloppĂ© par les groupes de travail se dĂ©roule de maniĂšre exploratoire depuis les premiers essais qui ont permis de mettre le doigt en restant attentif Ă  l’inattendu sur les possibles de la technique du light-painting jusqu’aux propositions d’Ă©lĂšves (sur le rĂ©glage du temps de pose par exemple) dans une dynamique de propositions crĂ©ative ouverte.

La partie de dessin en clair obscur en raison de son caractĂšre progressif et patient (travail de valeur par recouvrement progressif) mais aussi dĂ©finitif (impossibilitĂ© d’effacement du pastel Ă  l’huile) constitue une stratĂ©gie centrĂ©e sur l’Ă©cart expressif complĂ©mentaire au travail photographique.

Ces deux aspects permettent aux Ă©lĂšves de confronter leurs intentions et rĂ©alisations dans la conduite d’un projet pĂ©dagogique globale et identifiable.

Projets personnels

Plusieurs occurrences de rĂ©investissement des techniques de light painting mais aussi d’utilisation d’un travail d’ombrage dans des dessins de type manga apporte de premiers indices d’une influence du dispositif sur des pratiques personnelles.

L’appropriation des techniques mais aussi des questionnements liĂ©s au dispositif commence Ă  poindre en particulier dans l’analyse des rĂ©fĂ©rences artistiques et culturelles (analyse technique puis sĂ©mantique).

Il est envisagĂ© que celle-ci se rĂ©vĂšle pleinement lors de l’analyse des rĂ©fĂ©rences de l’ultime sĂ©quence (en particulier le Biped de Merce Cunningham)

Parcours Arts Plastiques

ArticulĂ©e, dans une logique spiralaire, entre une initiation Ă  l’animation en sixiĂšme, deux sĂ©quences liĂ©es Ă  la photographie et une sĂ©quence sur l’expressivitĂ© du trait dessinĂ© en cinquiĂšme, l’expĂ©rimentation, ainsi solidement assise, permettra la jonction souple pour cette classe de quatriĂšme avec les sĂ©quences en proposition et la question du corps de l’auteur abordĂ©e dans la derniĂšre sĂ©quence du dispositif et plus tard spĂ©cifiquement travaillĂ©e en troisiĂšme.

Parcours d’Enseignement Artistiques et Culturels

Permettant de faire bĂ©nĂ©ficier d’une telle action, l’expĂ©rimentation aura permis d’enrichir le PEAC des Chaapistes qui auront approfondi le lien images fixes / animĂ©es travaillĂ© particuliĂšrement pendant les workshops avec des Ă©tudiants de l’EESI (École EuropĂ©enne SupĂ©rieure de l’Image d’AngoulĂȘme).

Elle aura de plus fait redĂ©couvrir la possibilitĂ© offerte Ă  l’ensemble des Ă©lĂšves de mettre en Ɠuvre leurs projets personnels dans le cadre de l’espace de crĂ©ation numĂ©rique (dispositif type EMI) ainsi que de prĂ©senter lors de l’épreuve orale du brevet ce jalon de leur PEAC, Ă©ventualitĂ© bien accueillie par ces 4Ăšmes.

Cette commande conjuguant judicieusement dessin et photographie autorise le tissage de l’acquisition de compĂ©tences trans et inter disciplinaires dans une logique curriculaire centrĂ©e sur les besoins de l’élĂšve. Les sĂ©quences qui en dĂ©coulent cherchent Ă  l’ouvrir sur quelques uns des grands domaines de l’art et de la culture (jusqu’au domaine de la danse et Ă  la culture scientifique) ainsi qu’à indiquer aux Ă©lĂšves la voie de la distance critique et de l’autonomie.

Les apprentissages

Identification et analyse des gains (appétence, potentiel cognitif, coopération transférabilité de compétences, etc.)

Appétence

Afin de maintenir l’intĂ©rĂȘt des Ă©lĂšves, le choix a Ă©tĂ© effectuĂ© d’utiliser les rĂ©fĂ©rences culturelles en particulier du light painting et des humanitĂ©s (la nature de la lumiĂšre) comme point d’entrĂ©e pour l’exploration de la notion de lumiĂšre Ă  travers des Ɠuvres artistiques Ă©tayĂ© par un vocabulaire spĂ©cifique avant de conclure par une ouverture sur des notions plastiques annexes (arts du corps, installation, animation). L’oeuvre de Wim Delvoye fut en ce sens singuliĂšrement efficace.

Comme prĂ©cisĂ© prĂ©cĂ©demment, l’intĂ©rĂȘt personnel pour le domaine photographique en particulier s’est vu accroĂźtre chez un certain nombre d’élĂšve, tandis que l’implication dans le cours d’arts plastiques s’est renforcĂ© en raison de la dynamique de projet engagĂ©.

Coopération

Collaborer avec un enseignant et avec ses pairs au sein de groupe de huit Ă©lĂšves enchĂąssĂ© dans un dispositif Ă  projet permets le renforcement d’une confiance dans le groupe classe regroupĂ© autour de droits et de devoirs communs, d’un objectif fĂ©dĂ©rateur et, pour certains, dans le systĂšme Ă©ducatif.

De plus la coopĂ©ration chaapistes/non-chaapistes s ‘effectue au bĂ©nĂ©fice des deux parts en raison de la mise en Ɠuvre organique du dispositif.

Potentiel cognitif et Transférabilité

La notion de lumiĂšre est travaillĂ©e en interaction avec les autres notions de la disciplines afin d’ouvrir le dispositif aux rĂ©appropriations ultĂ©rieures, ce qui explique la proposition formulĂ©e par le collĂšgue de Physique-Chimie de monter un EPI sur cette thĂ©matique.

En accentuant les qualitĂ©s d’observation et d’analyse d’image d’une part et les aptitudes d’abstraction d’autre part (geste et dĂ©lais pour le light painting et simplification des volumes pour le clair obscur) l’expĂ©rimentation pourra constituer un appui pour le dĂ©veloppement de compĂ©tences du socle commun.

L’expĂ©rimentation Dessin/Photographie permet d’identifier les progrĂšs des Ă©lĂšves dans une dynamique de projet. L’accroissement des exigences techniques en raison de projets individuels prĂ©cis (ajustement du temps de pose), de l’autonomie (utilisation raisonnĂ©e du smartphone comme outil et comme source documentaire), du sens de l’expĂ©rimentation (stratĂ©gie d’essai), du regard critique portĂ© sur les rĂ©fĂ©rences (le sens du light painting contemporain face au travaux numĂ©riques) sont autant d’indices d’une apprĂ©hension de l’environnement plus efficiente grĂące au dispositif.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.