Présentation du projet Combattants de la liberté – Soldats de la paix

« La reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde. » (Extrait de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, 1948)    

En s’appuyant sur leur programme d’Histoire et d’EMC en classes de 4ème et de 3ème, 55 élèves du collège Ferdinand Clovis Pin de Poitiers ont participé à un vaste projet interdisciplinaire sur deux années scolaires, de 2018 à 2020, afin d’approfondir les notions de liberté, de paix et comprendre ce que leur respect et leur (re)conquête peuvent signifier pour des États et des citoyens, notamment en matière d’engagement.

         « La liberté est à la paix, ce que la victoire est à la guerre. »             (Extrait des Pensées et Maximes d’Émile de Girardin, 1867)

En quoi la liberté et la paix constituent-elles une lutte continue pour les sociétés humaines contemporaines ? Comment garantir cette liberté et cette paix ? C’est pour répondre notamment à cette problématique générale que nos 55 collégiens se sont impliqués dans des partenariats forts et symboliques, en particulier avec le Régiment d’infanterie chars de marine (RICM) basé à Poitiers, l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG) de la Vienne ainsi que le lycée Lyautey de Casablanca et l’ONACVG de l’Ambassade de France au Maroc.

Dans le cadre du 80ème anniversaire du début de la Seconde Guerre mondiale, qui a débuté en septembre 2019, cette action a cherché à rendre hommage aux combattants de la liberté en valorisant notamment une histoire partagée par les deux rives de la Méditerranée dans la lutte commune contre le nazisme et le fascisme.

« Les morts ont fait leur devoir, tout leur devoir. Aux vivants de défendre avec leur mémoire, la liberté qu’ils nous ont reconquise. » (Extrait du journal « Le Petit Marocain » à l’occasion de l’inauguration du monument aux morts des anciens élèves et professeurs du lycée Lyautey de Casablanca, 1947)

De par son essence et sa riche programmation initiale, malheureusement fortement amputée à cause de l’épidémie de Covid-19, ce projet a eu aussi pour objectif de favoriser une ouverture humaine et culturelle, tant à l’échelle de l’Europe que de l’Afrique, contribuant au renforcement d’un dialogue multiforme.

Son aboutissement a été :

  • la réalisation d’un ouvrage de 400 pages, Au nom de la liberté et de la paix. Portraits d’hommes et de femmes engagés, publié fin mai 2020 et vendu à prix coûtant (10,62 € l’unité) ;

  • l’écriture, l’enregistrement d’une chanson et le tournage d’un clip vidéo avec l’artiste Toma Sidibé et la réalisatrice Ilham Bakal, en hommage aux combattants de la liberté originaires du Maghreb et d’Afrique subsaharienne durant la Seconde Guerre mondiale. Ce clip réalisé par Ilham Bakal, en cours de finalisation, et cette chanson produite par Toma Sidibé sortiront simultanément le samedi 10 octobre 2020 (chaîne YouTube de Toma Sidibé et plateformes légales de téléchargement audio). Une diffusion en avant-première aura lieu le vendredi soir 9 octobre à la Maison de la Gibauderie de Poitiers, dans le cadre d’une soirée en hommage aux combattants d’Afrique subsaharienne engagés aux côtés de la France et des Alliés entre 1939 et 1945 ;

(Photo C. Touron / collège Ferdinand Clovis Pin)

  • l’opération “Terre du souvenir“, en partenariat avec  l’ONACVG, autour de la nécropole nationale d’Airvault (79), où sont enterrés 26 combattants nord-africains morts pour la France durant la Seconde Guerre mondiale. Une cérémonie y sera organisée, le vendredi 9 octobre 2020, avec le dépôt de trois urnes contenant de la terre du Maroc, d’Algérie et de Tunisie envoyée par les ambassades de France de ces trois pays du Maghreb.

(Photo C. Touron / collège Ferdinand Clovis Pin)

Ce blog vous invite à découvrir l’ensemble de cette action à travers ses temps forts et ses principales réalisations.

Christophe Touron, professeur d’Histoire-Géographie